Metropolis, Fritz Lang (1927)

Publié le par etudesdefilms

Metropolis de Fritz Lang, 1927.

 

Avec: Brigitte Helm, Alfred Abel, Gustav Fröhlich.

Résumé (Allociné): Des ouvriers travaillent dans les souterrains d'une fabuleuse métropole de l'an 2026. Ils assurent le bonheur des nantis qui vivent dans les jardins suspendus de la ville. Un androïde mène les ouvriers vers la révolte.

 

affiche-metropolis2.jpg metropolis.jpg

 

Inutile je crois de préciser à quel point ce chef-d'oeuvre de Fritz Lang est devenu culte puisqu'il s'agit de l'un des premiers films de fiction. C'est sans doute l'un des plus beaux films de l'expressionisme allemand d'avant-guerre.

Fritz Lang arrive aux Etats-Unis en 1924 avec sa femme Thea Von Harbou. Les gratte-ciels furent leur principale source d'inspiration pour le film. On y retrouve ainsi la grandeur démesurée des immeubles qui s'oppose à la profondeur de la cité ouvrière où les travailleurs n'ont pas de répit face aux machines qu'ils entretiennent.

 

moloch.jpg


Il s'agit avant tout d'une critique de l'industrialisation, des machines et de tout ce qu'elles pouvaient engendrer (on retrouve ainsi des références aux usines et au travail à la chaîne). Mais on ne manque pas non plus de voir une certaine prémonition du nazisme avec le robot humanoïde qui parvient à convaincre et à manipuler les foules pour détruir

 C'est un film très long pour son époque: il dure 210 minutes dans son intégralité (certaines copies sont incomplètes; le film n'a été presque entièrement reconstitué que depuis peu grâce à la Wilhelm Murnau Fondation).

 Le film puise aussi son originalité dans le fait de mélanger des maquettes aux décors peints.

 

babel.jpg

 

Depuis la réalisation de Metropolis, on ne cesse de compter les multiples références qui sont faites autour du film de Fritz Lang. On trouve ainsi une ressemblance volontaire entre C-3PO de Star Wars et le robot humanoïde de Metropolis. De même, Le Roi et L'Oiseau s'y réfère largement en parlant de l'opression de la ville haute sur la cité basse, y incluant notamment un robot. On retrouve le mythe de Frankenstein qui s'en inspire, ainsi que le Rocky Horror Picture Show. On a encore Pink Floyd The Wall où les élèves marchent de la même façon que les ouvriers de Metropolis. L'un des clips de Madonna révèle les mêmes types de décors et plus récemment, Lady Gaga s'en inspire, notamment pour le rôle de Maria.

 

ouvriers.jpg


Je pense qu'il existe suffisamment d'analyses sur Metropolis. Toutefois, je me dois d'accentuer l'originalité du film pour son temps, ainsi que la splendeur de ses effets spéciaux. Il est vrai que le jeu des acteurs nous semble maintenant bien exagéré; cela n'empêche que le suspense est toujours présent et que le scénario est bien mené (malgré une fin un peu simple et désuette que le réalisateur a toujours renié), avec des acteurs assez exceptionnels, notamment Brigitte Helm, mémorable en transe maléfique.

 

machine2.jpg


Il y a une certaine dimension religieuse dans le film. On fait ainsi plusieurs fois référence à Babylone, la Tour de Babel, ainsi qu'aux Sept Péchés Capitaux. Par ailleurs, le nom de la défunte que le robot est censé représenter est d'ailleurs "Hel", sans doute une référence à "Hell", l'enfer.


Note: 10/10

 

freder.jpg



Publié dans Science-fiction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article